2010 : la sortie du « digital dark age » ?

En 2001, lors du colloque organisé par le master d’archivistique d’Angers sur la recherche en archivistique, Marie-Anne Chabin disait ceci :

« Pour terminer, je voudrais nous projeter dans l’avenir, disons en 2010, au moment de la rentrée universitaire. Nous sommes conviés à une réunion de présentation des sujets de thèses des doctorants du département archivistique. J’ai la liste des sujets sous les yeux, permettez-moi de vous la communiquer :

– la diplomatique contemporaine et la signature électronique ;

– les relations entre archivistes et historiens au xixe et au xxe siècle ;

– structure d’archives et format de fichier ;

– les effets rétroactifs de la loi et des contrats sur les archives ;

– les relations entre le records management et l’archivistique classique ;

– l’archivistique face à la philosophie, la sociologie et la problématique historique ;

– conséquences de la centralisation de l’archivage électronique sur le métier d’archiviste ;

– l’impact des évolutions politiques et économiques sur les archives, exemple : les archives des groupes issus d’une fusion ;

– tri et recherche historique : objectivité ou subjectivité liée à un public ? ;

– la genèse des textes réglementaires fondateurs affectant les archives ;

– la relation client/fournisseur dans le traitement des archives ;

– les archives « orphelines » : problématique et méthodes spécifiques ;

– mode de production et de circulation de l’information dans l’entreprise : interaction avec les besoins de pérennisation. »

Et elle terminait par ce constat : « Mais quand on y songe, 2010 n’est pas si loin… »

Et maintenant,  à la veille de cette fameuse rentrée de 2010, que peut-on dire des sujets projetés par Marie-Anne Chabin ? Fiction ou prophétisme ?

De cet ensemble hétéroclite de problématiques, deux principaux domaines semblent avoir émergés en archivistique : l’archivage électronique et les digital humanities. Des deux côtés de la chaîne archivistique, des besoins et des compétences ont émergés, ainsi qu’une redéfinition des pratiques professionnelles liées au « tout numérique ».

La problématique de l’archivage électronique se place au début de la chaîne archivistique, du côté de la création des documents numériques. Car avec le « tout numérique » le records management n’est plus seulement un concept à la mode américaine, mais une nécessité méthodologique. La prise en charge des documents à leur stade de « records » est devenue nécessaire pour les organismes mettant en place des systèmes d’archivage électronique, comme la BNF par exemple.

« Digital humanities » est l’expression anglo-saxonne qui, faute de mieux, désigne les « humanités numériques » c’est-à-dire tout ce qui touche à l’autre extrémité de la chaîne archivistique : mise en ligne d’archives numérisées, encodage de manuscrits anciens en TEI, expositions virtuelles… Cette discipline, à la croisée des métiers de l’ingénierie en informatique documentaire, de la recherche scientifique (SHS, l’histoire des sciences, etc.) et de l’archivistique est en pleine expansion et a une bel avenir.

Côté services d’archives, imaginons la création de services d’archives en ligne, collectant et communicant des documents nativement numériques suivant une procédure complètement numérique… Et voici que je me mets à rêver que 2010 sera synonyme d’un premier pas en dehors du « digital dark age » dans lequel nous baignons, nous autres archivistes formés à la fin des 90’s…

3 réflexions au sujet de « 2010 : la sortie du « digital dark age » ? »

  1. dhamard

    Tout ça pour nous dire que tu souhaites te lancer dans une thèse, mais qu’entre les sujets « archivage électronique » et « digital humanities », ton cœur balance, non ??? 🙂

    Répondre
    1. Mnemosyne Auteur de l’article

      Une thèse serait certes intéressante sur ces sujets, mais il faut le temps et surtout l’envie ! Ce blog peut néanmoins esquisser des pistes de réflexion… Merci pour tes visites régulières.

      Répondre
  2. charlottem

    C’était une étude de jenesaisplus quel cabinet (markess, mais ca peut tout aussi bien etre serda ou ourouk) qui disait que 2009 serait l’année de la prise de conscience des besoins en gestion de l’électonique par les décideurs.
    A partir de la tu comptes 2010 : année de réflexion sur les besoins
    2011 : année de formation suite a la réflexion sur les besoins
    2012 : complément de formation, et mise en place de grille de besoins. Eventuellement recommandations de bonnes pratiques éditées par les services d’archives
    2013 : applications des besoins a des systemes en test, puis en prod…
    2014 : oh, zut, c’était pas comme ca qu’il fallait s’y prendre!(option pour les boites sans archivistes)

    mais rien n’empeche de rever.Et de croire aux miracles aussi.

    PS : j’aime particulierement le sujet « conséquences de la centralisation de l’archivage électronique sur le métier d’archiviste »…:)

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s