Le point de vue de Kenneth White (2011)

archives littoral

« Kenneth White, qu’évoque pour vous le mot même d’« archives » ?

 Kenneth White : D’abord, des lieux très concrets. Je pense notamment à l’Archivo General de Indias à Séville, où sont rassemblés, « dans un ordre aussi rationnel que possible » (je cite le cahier des charges) tous les documents – lettres, journaux de bord, cartes, livres, etc. se rapportant à la découverte du Nouveau Monde, los territorios de Ultramar. J’ai passé des heures exaltées là-dedans, parmi les quatre-vingts millions de pages de papeles de Indias, les épais dossiers de la Casa del Océano, en contemplant des cartes de Las Costas del golfo de México ou de la Gran Apachería.

Ensuite, sur un plan plus abstrait, linguistique, j’entends dans ce mot à la fois archos et arché. C’est-à-dire la volonté de créer quelque chose qui perdure à travers le temps, et qui est construit selon des principes, dans le but d’établir un ordre, de dessiner une configuration dans une multiplicité de matériaux, de révéler l’ordre qui est déjà inhérent à ce que l’on peut appeler une œuvre. »

« Kenneth White et les archives, entretien avec l’auteur », « Varia », La gazette des archives, Association des Archivistes Français, n°223, 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s