Archives du mot-clé archives scientifiques

Archives ouvertes et données de la recherche

Dans le monde académique, on parle depuis plusieurs années des « archives ouvertes »… « Drôle d’expression », diront les archivistes qui n’officient pas dans le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche… Qu’est-ce que l’expression « archives ouvertes » désigne ? Des fonds ouverts en opposition à des fonds clos ? Des archives communicables en opposition à des archives non communicables en vertu du code du patrimoine ? Des archives découvertes récemment et de ce fait « ouvertes » depuis peu aux chercheurs ? Des documents d’archives numérisés et mis en ligne sur le web ?

Non, rien de tout cela. « Archives ouvertes », traduction de « open archives » sert à désigner les plateformes numériques de dépôt de publications en tous genres par les chercheurs (articles, chapitres d’ouvrages) pour des fins de partage de l’information. La plateforme ou « Archive ouverte » la plus connue en France est la plateforme du CNRS : HAL. Des établissements ont aussi leurs propres plateformes comme c’est le cas à Sciences Po avec la plateforme SPIRE. La création des plateformes d’archives ouverte s’inscrit dans le mouvement international de l’Open access (libre accès en français) qui existe depuis le début des années 90 et qui s’est fortement développé ces dernières années comme un modèle de mise à disposition des résultats de la recherche scientifique.

Depuis quelques temps une nouvelle expression, elle aussi issue du domaine de la recherche, a vu le jour : la gestion des données de la recherche… De quoi parle-t-on ? Des données collectées par les chercheurs, toutes disciplines confondues, en amont de la publication de résultats de travaux sur des plateformes numériques ou dans des ouvrages et revues traditionnelles. Ces données ont été collectées dans un objectif précis, mais elles s’avèrent être de plus en plus réexploitables ultérieurement par d’autres chercheurs. Ces données non validées et non publiées, ou « matériaux brutes » collectés par les chercheurs pour leurs travaux sont des archives scientifiques courantes, dans la terminologie archivistique française. Un peu partout en France, et à l’étranger, des conférences, journées d’études, colloques sont organisés sur ce sujet.

Avec l’emploi prédominant de l’expression « données de la recherche » au détriment de la question des archives scientifiques, le rôle des archivistes dans la gestion du cycle de vie des données scientifiques semble minimisé au profit d’une vision évanescente et décontextualisée des données scientifiques. Or, les professionnels concernés par la gestion de l’information scientifique sont unanimes sur la nécessité de conserver, valoriser, réutiliser les données de la recherche. Cette gestion nécessite de nouveaux process métiers, car elle ne se fait pas de la même manière que pour les documents traditionnels, mais il semble important de ne pas négliger les notions archivistiques. Parmi ces notions, notons le cycle de vie des documents, la contextualisation de l’information, le respect de l’intégrité.

Un vaste chantier s’ouvre aux archivistes, bibliothécaires, informaticiens et chercheurs qui travaillent de concert sur cette problématique de la gestion des données de la recherche.

Pour en savoir plus, le point de vue d’une archiviste avisée sur le sujet : http://lotteauxfraises.wordpress.com/

Publicités

Matinée d’études sur les données de la recherche

Données de la recherche : droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage

Vendredi 27 mai 2011

Université Pierre et Marie Curie (campus Jussieu, tour 46, salle 101)

En partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie, le Réseau AURORE (Archivistes des Universités, Rectorats, Organismes de Recherche et mouvements Etudiants), à travers son groupe de travail sur les archives scientifiques, vous propose une matinée d’études intitulée « Données de la recherche : droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage des données » le vendredi 27 mai de 9h00 à 12h30 à l’Université Pierre et Marie Curie (4 place Jussieu, Paris 5e).

Après une première séance consacrée aux questions de droit (droit d’auteur, droit des archives), une deuxième partie traitera des problématiques d’archivage à long terme des bases de données et des plateformes de recherche avant d’aborder la thématique de la constitution et de l’exploitation du patrimoine scientifique.

En raison du nombre limité de places, l’inscription auprès d’Isabelle GALLOIS – isabelle.gallois@upmc.fr est obligatoire avant le 23 mai.

Programme :

9h00 – 9h30     Accueil des participants

9h30 – 9h45     Discours d’ouverture

Jean CHAMBAZ, Vice-Président Recherche à l’UPMC

9h45-10h00      Introduction générale

Fabien OPPERMANN, Chef de la mission des archives et du patrimoine culturel, Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

10h00 – 10h45 Droit d’auteur et droit des archives : un dialogue méconnu

Présidence : Marie-Laure BACHELERIE, responsable du service archives du CNRS

– Valentine DELEUZE, Bureau des accords institutionnels et de la propriété intellectuelle, DGRTT de l’UPMC : Conservation et confidentialité des données liées aux brevets.

– Emmanuel PIERRAT, Cabinet PIERRAT – Questions de droit.

– Sarah CADOREL, projet ELFE – Intégration de la  problématique de la gestion et de la conservation des données à un projet de recherche.

Échanges avec les participants

10h45-11h00     Pause

11h00 – 11h45  Bases de données et plateformes de recherche – Des problématiques spécifiques

Présidence : Hélène CHAMBEFORT, responsable du bureau des Archives à l’INSERM

– Sylvain COLOMER, juriste à l’UPMC : présentation du guide CNIL.

– Aurélien CONRAUX, BNF : Accompagner une collectivité de chercheurs.

– Alain ZASADINSKI, Institut de l’information scientifique (INIST-CNRS) : Présentation du projet SIDR en lien avec les objectifs de conservation pérenne.

Échanges avec les participants

11h45-12h15  Constitution et exploitation du patrimoine scientifique

Présidence : Goulven LE BRECH, EHESS

– David AUBIN, professeur en épistémologie, Histoire des sciences et des techniques

– Véronique GINOUVES, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme : Donner accès aux archives sonores des sciences humaines et sociales : questions éthiques et juridiques.

– Nathalie DUCHANGE, INSERM : Des archives ouvertes ? Présentation HAL et MédiHAL.

12h15-12h30 – Discussion libre